--> Relire la 1ère partie <--

A l’appel de monsieur Blécon, Henri Bourgenay rejoint l’estrade. À ses côtés Dominique Souchet, député et vice président du Conseil général de la Vendée, Alain Leboeuf, conseiller général et maire de Rocheservière et Philippe Verdin, président des Amis du Signe de Piste.

Chabotterie_017

Après un accueil chaleureux d’Alain Leboeuf, Philippe Verdin insiste sur la volonté des éditions de la Licorne et des Amis du Signe de Piste de donner une nouvelle jeunesse à des œuvres de qualité, que ce soit par la reprise du texte par l’auteur, l’ajout d’un dossier pédagogique accessible au jeune lecteur, de nouvelles illustrations plus actuelles et l’organisation d’évènements autour de l’œuvre : rencontre avec des collégiens, lancement officiel, dédicaces… Philippe Verdin remercie vivement Estienne Blécon et le Conseil Général de la Vendée de leur implication dans cette aventure éditoriale, ainsi que Dominique Souchet préfacier de la nouvelle édition de Sang et Or.

Chabotterie_051

Dominique Souchet en profite pour rappeler les enjeux de cet ouvrage : « l’auteur réhabilite auprès des jeunes la gloire des Vendéens et de leurs chefs. Sang et Or se substitue en quelque sorte aux manuels scolaires qui occultent souvent cette période ou n’évoquent qu’un «soulèvement de cent milles paysans contre la République. » Il insiste aussi sur le message pédagogique de Sang et Or : « Les massacreurs ne l’emportent pas, au regard de l’histoire, car ils se heurtent à une résistance complètement inattendue : le refus des Vendéens de se laisser pervertir par leurs bourreaux. A l’élection de haine et à la volonté d’éradication dont ils sont l’objet, ils répondent de manière incroyable par le renvoi des prisonniers et par le pardon. Un pardon qui n’a rien à voir avec l’oubli. Un pardon qui les préserve de l’engrenage du ressentiment. Un pardon qui traduit une foi ressourcée dans la grande épreuve et qui va être d’une exceptionnelle fécondité. Un pardon sur la base duquel ils vont pouvoir reconstruire une Vendée créatrice qui prend aujourd’hui le visage du Puy du Fou, du Vendée Globe et des usines à la campagne. »

DSC_0132

Henri Bourgenay retrace ensuite la genèse de cet ouvrage, rappelant ses attaches familiales avec la Vendée, et ses ancêtres, eux aussi touchés par le terrible conflit. Il n’hésite pas à parler de génocide, terme déjà employé par plusieurs historiens spécialistes de la période. Avec verve, et en duo avec Dominique Souchet, il répond aux nombreuses questions de l’assemblée – un public de qualité, fin connaisseur des débats historiques sur le sujet – tant sur l’ouvrage que sur l’histoire des guerres de Vendée.

Chabotterie_040

À l’issue de ces passionnants échanges, une longue file se forme devant la table d’Henri Bourgenay qui dédicace très volontiers son ouvrage. À deux pas de là, dans une magnifique grange rénovée, Champagne et petits fours attendent l’auteur et les officiels. L’occasion d’échanges de cadeaux, et pour Dominique Souchet d’inviter Henri Bourgenay à découvrir cet été les coulisses de la célèbre cinéscénie du Puy du Fou.

motifhorloge