Bruno Saint-Hill, illustrations Michel Gourlier, Jamboree 1950

feuxJean-Pierre, 15 ans. Un jeune qui aspire à une vie comme tout le monde. Un travail, un appartement. Avec sa mère, il vit dans une cabane, nous loin du terminus des autobus, près des roulottes de gitans. Avec sa mère, il se bat pour accumuler de quoi acheter cet appartement, prélude d’une nouvelle vie. Mais pour y parvenir, ils se sont fait embarquer par une bande de malfrats avec qui ils doivent commettre des vols chaque nuit. Dans la ville, à mesure des coups réussis par la bande, l’étau se resserre sur Jean-Pierre. Il vit traqué, rongé par les remords, et en même temps au milieu de lueurs d’espérance que lui procure la proximité de Pâques, ils seront libres. Espérance aussi dans l’amitié de Claude qui a sauvé la vie de Jean-Pierre et s’apprête à lui trouver un travail chez un pépiniériste. Feu vert et feu rouge se succèdent.

De jour en jour, nuit après nuit, l’angoisse monte pour la sécurité de sa mère. Va-t-il être pris avec toute la bande? Cette période va-t-elle enfin finir ? Et qu’a voulu dire Dolorès, la jeune gitane en lisant les lignes de la main du garçon ?

Dans ce roman pour aînés, Bruno Saint-Hill aborde le problème difficile de la délinquance des jeunes. Mais aussi celui d’un véritable cas de conscience. Quand on manque de tout, est-il légitime de voler ?

Dans ces pages, Bruno Saint-Hill met tout son talent pour nous faire partager les états d’âme de l’adolescent au cœur de la crise. Le récit retranscrit l’ambiance particulière de la reconstruction de la France après la seconde guerre mondiale et de la misère de beaucoup de familles populaires. Le style littéraire est parfaitement maîtrisé. Si l’ensemble du texte est très marqué par cette période, la question de la délinquance reste hélas d’actualité. Une fois de plus, Bruno Saint-Hill offre au lecteur un roman courageux. Du grand Bruno Saint-Hill. Deo gratias !

Marc Taillebois


Petit Paillon

 Bruno Saint-Hill, illustrations Pierre Joubert, Alsatia 1960

paillonPrenez un adolescent malin doué d’un mystérieux don de radio-sympathie métallo-tellurique que nous appellerons Michel, un vieux vicomte collectionneur de mille vieux trésors, un jeune descendant dudit vicomte fraîchement débarqué que nous appellerons Serge. Choisissez un coin de Beauce avec ferme fortifiée, église médiévale et châteaux. Ajoutez quelque chiens, des chevaux, une belle amitié, un zeste d’histoire, pas mal de flair, la défense des petits et des malheureux, quelques rebondissements finement choisis, un suspense bien entretenu jusqu’au bout et une touche de tendresse. Voilà réunis une fois encore par maître Bruno Saint-Hill tous les ingrédients d’un nouveau chef d’œuvre. Quand à l’intrigue ou même la chute, ne comptez pas sur moi pour vous les livrer. Je vous laisse ce plaisir intact.

Petit Paillon est un roman simple, joyeux, de haute tenue, qui se dévore d’une traite. Il exalte une fois encore tout ce que nous aimons : l’amitié vraie, l’attachement à une terre chargée d’histoire, le suspense et l’humour. Merci à Bruno Saint-Hill pour ces pages magnifiques.

Marc Taillebois


Pour encore plus de fiches de lecture, vous pouvez consulter le dossier Bruno Saint-Hill du Domaine de Nampilly

--> Voir le dossier <-- 

blaireau