Dernière étape. Nous entrons dans l’univers « historique » de Pierre Joubert. Nous retrouvons l’atmosphère des Marines, qui se fond si bien dans ce décor du XVIIIème : costumes civils ou militaires, chevaliers à cheval, grandeur des châteaux forts, blasons à foison, évocation historique d’une France si versaillaise…

100_1236cop5

On s’imagine le musée tel qu’il était décoré quand il était habité. Ici encore, on s’étonne de la lumière qui émane des dessins bien ternis par les reproductions. D’autant plus qu’on ne peut pas vraiment dire que les gravures, tapisseries, peintures ou photos d’époque débordent de couleurs. Nous sommes ici, finalement, devant un nouveau regard porté sur l’Histoire du Monde. Oui, du Monde, puisqu’on traverse l’océan jusqu’aux temples aztèques (avec escale sur l’Ile de Pâques).

100_1250op5

Cela nous met tout de suite dans l’ambiance voyage que nous retrouvons dans la dernière salle qui regroupe… le reste. Ben oui, ça s’appelle « pêle-mêle ». Le fourre-tout, le bazar, les dessins « sans thème-mais-qu’il-faut-montrer-quand-même », la caverne d’Ali-Baba. En un peu mieux rangé tout de même. C’est ici qu’on trouve des extraits des Carnets de Voyage les dessins africains (Konan et Amena), les pubs, les chansons… Les jeux de carte aussi. Anecdote : saviez-vous que le premier jeu avait été créé pour une marque de lunettes ? Non ? Allons, rien ne vous choque dans ces silhouettes joliment médiévales ? Même pas un tout petit anachronisme ? Cherchez bien !

100_1223cop5

Devant ces croquis «so seventies», on sourit en se souvenant des crinolines de la pièce précédente. Un siècle de costume. Tout un symbole…

100_1225cop5

Un siècle d’illustration : tout l’art et toute la vie de Pierre Joubert sont réunis dans cette exposition. Nous n’avons pas simplement admirés des tableaux ; nous avons parcouru – partagé – durant quelques heures la vie de l’artiste. De ses premiers dessins au tout dernier, nous avons pu voir l’évolution du trait et des thèmes, au fil des époques, des commandes, des modes aussi. Nous nous sommes arrêtés sur un visage, un détail, un paysage. 

100_1232cop5Que nous restera-t-il de cette exposition ? Quelques heures passées dans un autre monde, fait de lumières et de couleurs. Nous avons découvert ou re-découvert des personnages magnifiques, drôles, délicats, attachants. Nous avons galopé avec des chevaliers, senti le vent marin sur un trois-mâts, descendu le Boul'Mich' en pat' d'ef', escaladé un glacier, dansé sur des musiques africaines. Nous avons couru les bois avec des scouts, la jungle avec Mowgli, revisité la France, la Russie, le Cambodge et même les étoiles. Replongé dans nos souvenirs d’enfance, du Prince Eric et de Rimbaud.

A la sortie, on se retourne une dernière fois : le jardin du musée est tout ensoleillé et très calme. A-t-on vraiment vécu ce tourbillon à l’intérieur ? On entend la sonnerie de l’école voisine. 17h. Il est temps de rentrer à Paris. Mais on reviendra, parole de scout.


L'Exposition en chiffres

100 ans : l'âge qu'aurait eu Pierre Joubert en 2010
1 : nombre d'exposition consacrée à Pierre Joubert (celle-ci)
2 ans : de travail pour tout préparer 
2000 : les oeuvres proposées par la famille Joubert 
170 : les originaux sélectionnés 
2 mois : la durée de l'exposition
8 : les salles prêtées par le musée
20 : le nombre de visiteurs lundi après-midi 
2 heures : la durée de la visite 
12 décembre : date limite pour voir (ou revoir) l’exposition

100_1322cop5

--> Le site de la ville de Versailles <--

Merci à Guillaume Pahlawan et Jean-François Vivier
pour leur accueil et leurs renseignements

affiche