Il était temps, les fans menaçaient de faire tomber la porte. Ils commençaient à hurler, à se piétiner pour être les premiers à entrer dans la salle, les mieux placés pour les dédicaces, les rares chanceux à découvrir Scoutorama en avant-première. L’apparition de chaque auteur suscitait un concert d’applaudissement, une ola, et même quelques chants de guerre. Euh non, ça c’était le Stade de France le 12 juillet 1998. Pas Dedica’Marcq. Pas tout à fait Dedica’Marcq.

Quoi qu’on ne s’attendait tout de même pas à l’affluence que le Festival a connue samedi. A 16h00, le tome 2 des Apremont est épuisé. A 17h00, notre vitesse de croisière est atteinte : on jongle parfaitement avec les entrées, les romans, les BD, les expositions. A 18h00, on essaie juste de ne pas conseiller Le Royaume et la Gloire à une enfant de 6 ans et Ségolène à un scout de 35 ans. A 18h30, Emmanuel Beaudesson accélère la cadence en espérant réduire la queue de fans qui attendent un dessin. A 18h50, on fait un tour de salle pour évaluer le nombre de visiteurs qui s’attardent. On commence à loucher vers les chaises, la fatigue se fait sentir. Heureusement, le rythme ralentit. A 19h00, on peut souffler (enfin !), faire quelques photos, et commencer un petit bilan avec ce qu’il nous reste de neurones.

monde

Epuisant. Ereintant. Exténuant. Mais ça c’est pas grave. Parce que voir un gamin de neuf ans faire une heure de queue derrière une table vide pour être le premier à rencontrer Emmanuel Beaudesson, trois scouts en uniforme (arghhh les godasses pleines de boue sur la moquette…) admirer Pierre Joubert comme on le faisait à quinze ans, un chef de troupe offrir Staff à ses CP et s’asseoir avec Yves Combeau, ça vaut toutes les fatigues du monde. Et surtout, surtout, le sourire de Henri Bourgenay (Jean ou même «papi» pour les intimes, à la fin du week-end), tout heureux de rencontrer ses nouveaux jeunes lecteurs.

philippe
Philippe Glogowski

Côté auteurs, d’ailleurs, tout le monde est ravi. Il faut dire qu’un Festival proposant des BD attire toujours du monde, des adultes passionnés aux tous jeunes lecteurs pour qui les textes des romans sont encore trop difficiles. Dedica’Marcq comptait tout de même quatre auteurs de bande dessinée, chacun signant un certain nombre de titres. Brunor, dont nous avons déjà présenté l’exposition (Le Mystère du soleil froid, L’Evangile à l’encre sympathique, Bernadette, Martin…), Louis-Bernard Koch (Jean-Paul II en trois tomes, Guy de Larigaudie, La route de l’Indépendance…), Dominique Bar (Jean-Paul II) et Philippe Glogowski (La Légion, Le Puy du Fou, Saint-Hubert…). Oui, bon, on va pas donner les bibliographies complètes, on en aurait pour trois pages ! Il suffit de savoir que la plupart des bandes dessinées était épuisée dès samedi soir pour comprendre l’engouement du public pour le genre. Seul grand absent : Bernard Dufossé, aussi bien bédéiste qu’illustrateur, excusé par de sérieux problèmes de santé.

brubeau
Brunor et Emmanuel Beaudesson (c'est marqué dessus)

La réussite du Festival reposait donc entièrement sur un seul illustrateur de roman : Emmanuel Beaudesson. Comme le faisait remarquer Yves Combeau, « plus le temps passe, plus Emmanuel Beaudesson s’améliore et plus son trait ressemble à celui de Pierre Joubert ». Ressemble, mais reste tout de même bien personnel. Plusieurs visiteurs nous ont demandé si on pouvait trouver son Livre de la jungle. Hélas non, il ne s’agit pas d’un album mais d’illustrations pour différents numéros d’une revue. Et il n’est pas dans les projets du dessinateur d’en faire un livre. Pour le moment.

dessin

Emmanuel Beaudesson est déjà connu des lecteurs du Triomphe pour les Apremont et les Ségolène, bien sûr. Bientôt, il sera célèbre auprès de tous les scouts de France (enfin, surtout d’Europe, Unitaires et tout) pour avoir signé Scoutorama n°3. Pas encore paru officiellement, déjà disponible à Dedica’Marcq ! Après tout, on n’attendait ce troisième tome que depuis… 1978. Le cadeau de Noël tout trouvé pour la plupart de nos visiteurs. Une grande réussite pour Emmanuel Beaudesson qui lancera officiellement ce nouveau recueil de techniques scoutes à Paris, chez Carrick le samedi 5 décembre (petite pub gratuite).

à suivre...

scout2