Et le soir du 25 décembre, les sapins de lumière effacent les sapins des pistes avec leurs guirlandes multicolores, d'autres étoiles plus vraies que les vraies, la fête autour de la fondue, et la sortie dans les ruelles glissantes et animées de la Station. On presse des visages rieurs entre nos gants de laine, on distribue des "Joyeux Noël", partout, on transforme la nuit en un jour de fête, pendant que dans le lointain des montagnes et des torrents sonnent les cloches de la Nativité...

Un peu de mélancolie, beaucoup de fatigue, est-ce l'appréhension qui me gagne au sortir de la nuit de Noël ? Peut-être le coeur connaît-il lui aussi ses "gueules de bois"...

Dominique Mauriès

motifange